Comment soigner un rhume efficacement en 15 points importants

Comment soigner un rhume ? Prendre froid ou bien avoir une allergie au printemps ou en été peut être handicapant au quotidien. Heureusement, il existe des produits naturels pour nous aider à guérir rapidement et efficacement.

Parmi nos conseils, nous évoquons aussi la prévention afin de vous accompagner naturellement pour une santé optimale et éviter ce genre de désagrément.

Rhume : définition et symptômes

rhume

Ce qu’on appelle le rhume de cerveau, coryza, rhinite ou encore rhinopharyngite, est causé par un virus.

Les symptômes comprennent notamment la toux sèche (pas de sécrétion) ou la toux grasse (beaucoup de mucus produit et nez qui coule ou rhinorrhée) et souvent un mal de gorge, maux de tête et fièvre légère. Il s’agit d’une maladie contagieuse.

Les symptômes avec la grippe sont similaires au début. Si vous êtes obligé de vous coucher et que toute activité quotidienne devient difficile ou que les signes de la pathologie persistent, il convient de consulter un médecin.

Nous ne sommes pas tous égaux face à cet écueil, ceci dépend du terrain de l’individu et de ses conditions de vie.

La durée de guérison varie d’une personne à une autre : certains pourront soigner un rhume en 24h alors que ce sera plus long pour d’autres.

Prévenir un rhume

L’approche préventive est sans doute le meilleur remède possible afin de renforcer son organisme lors des périodes difficiles comme les changements de saison.

Nous vous conseillons de consulter nos articles sur la santé pour savoir comment avoir une bonne hygiène de vie et garder un système immunitaire performant.

Notez que la douche froide régulière est la voie royale pour se renforcer, avec en plus une grande facilité d’accès (après un petit temps d’adaptation). On habitue son organisme au stress du froid et il y a un effet immunostimulant.

Les trucs qui vont suivre maintenant peuvent être utilisés en synergie si vous êtes malheureusement malade.



Alimentation

Cette dimension est souvent négligée. Pourtant, elle revêt une importance capitale.

Certains pourront faire un jeûne court à l’eau minérale, tandis que d’autres choisiront de ne consommer que du bouillon de poule (issu d’un poulet élevé en plein air) et/ou de la soupe bio.

Quoiqu’il en soit, la naturopathie nous apprend à ne pas surcharger son organisme avec des féculents, de la viande et des aliments gras lorsque l’on est malade. Il convient donc de manger un peu moins que d’habitude.

Afin de stimuler les défenses immunitaires, on peut se presser un citron bio chaque matin à diluer dans de l’eau.

Il faut aussi veiller à consommer – avec modération – des aliments riches en zinc et en minéraux en général, tels que les huîtres, le foie de veau ou encore le crabe. Côté végétaux, citons les graines de courge, le germe de blé ou encore le shiitake.

On peut aussi faire un sirop efficace et assez curieux à base d’oignon, de vinaigre de cidre et de miel !

Il suffit de faire bouillir un oignon bio finement coupé pendant une dizaine de minutes, de filtrer le liquide et d’ajouter du miel et vinaigre de cidre (ne pas abuser) jusqu’à ce que ça devienne sirupeux. A consommer plusieurs fois par jour.

Le repos

Se reposer quelques jours chez soi afin que l’organisme se focalise sur sa guérison est vivement recommandé, si les symptômes sont vraiment gênants.

Remède de grand-mère

Nous vous proposons cette recette apaisante en cas de toux sèche et si vous n’êtes pas allergique ou intolérant au lait.

Chaque jour pendant quelques jours, faites bouillir 6 dattes dans 500 ml lait bio chauffé. Remuez et buvez ce mélange en 3 fois le long de la journée.

Phytothérapie

Se soigner par les plantes est une option à considérer. La tisane ou infusion de sureau noir ou/et thym peut grandement vous aider.

Faites-vous jusqu’à deux bols par jour.

Les huiles essentielles

L’aromathérapie peut se révéler être un allié puissant. Envisagez de respirer et d’appliquer du ravintsara ou de l’huile essentielle d’abre à thé (tea tree) ou niaouli en diluant quelques gouttes dans une huile végétale. Massez-vous avec le mélange sur le plexus.

Les HE eucalyptus globulus et le thym sont également recommandées dans votre pharmacopée naturelle, sauf chez la femme enceinte.

Les huiles essentielles sont aussi intéressantes en inhalation avec couverture sur sa tête au-dessus d’un bol d’eau chaude en contenant quelques gouttes : tentez l’HE de pin, lavande fine et eucalyptus radié.

Notez aussi que les huiles essentielles sont déconseillées aux enfants de moins de 6 ans.

Acheter de l’huile essentielle de ravintsara bio ici.

Homéopathie

Nous conseillons vivement la lecture de cet article Topsanté qui recense tous les cas.

Corne (Lota)

Il s’agit d’un lavage de nez en plaçant une corne versant de l’eau (mélangée avec un peu de sel de mer) dans sa narine. On tourne la tête jusqu’à ce que le liquide ressorte de l’autre côté et on se mouche.

Acheter un Rhino Horn ici.

Autres méthodes

En complément des conseils précédemment cités, ajoutons :
-La pommade Vicks
-La réflexologie chez un ou une professionnelle
-L’argent colloïdal (2 cuillères à soupe par jour dans de l’eau minérale)
-Le baume du tigre (pas avant 7 ans)
-Le sauna
-Le bicarbornate de soude (quelques cuillers à café/jour dans de l’eau minérale)
-Le spray nasal à base d’eau de mer

Chez l’enfant

Tous les conseils précédemment cités sont valables. Adaptez les quantités selon l’âge et la corpulence.

Chez un bébé

En cas de gros écoulements, on peut utiliser un mouche-bébé mais à ne pas faire trop souvent ceci dit. La plupart du temps, du sérum physiologique fait l’affaire.

De petites doses de paracétamol espacées de 6h sont indiquées lorsque sa température dépasse 38,5 °C.

En cas de persistance des symptômes après 3-4 jours de forte fièvre, d’apparition de lèvres bleues et de grande difficulté à respirer, il faut l’emmener consulter un médecin.

Femme enceinte

Outre les précédentes astuces, il faut éviter les médicaments sans ordonnance. Seul le paracétamol est autorisé et à des doses raisonnables, compte tenu de l’état physiologique.

Traitement médicamenteux

Quand tout a échoué après environ une semaine et selon la gravité des symptômes, il faudra consulter un médecin qui prescrira en général de l’ibuprofène, du Dolirhume (contenant du paracétamol) et parfois de l’aspirine ou un médicament antiviral.

Si vous refusez de faire appel à un professionnel, des complications pourraient advenir, jusqu’au développement d’une pneumonie (fatale pour 5-15 % des cas).

Rhume des foins

Il s’agit d’une allergie au pollen de graminées lors des beaux jours et pouvant être très pénible.

Outre la prise d’un éventuel antihistaminique ou de corticoïdes, nous conseillons l’utilisation d’huile essentielle d’estragon et la consommation de nigelle en poudre ou/et en huile végétale.

Manger des aliments riches en omega-3 végétal ou/et animal est également important : saumon fumé, maquereaux et sardines en boîte crues, huile de colza vierge extra crue, noix de Grenoble si on n’est pas allergique…

Vidéo

Découvrez l’avis du médecin ORL et animateur Michel Cymes sur le rhume :

Infographie

infographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *