Comment élever des fourmis avec méthode (en 8 savoirs détaillés)

Comment élever des fourmis ? En règle générale, avoir une fourmilière à la maison est le cauchemar de nombreuses personnes. Pourtant, l’élevage de fourmis chez soi est une pratique commune chez beaucoup de passionnés. Les fourmis sont des insectes sociaux fascinants.

Le fonctionnement d’une fourmilière est très complexe et hiérarchisé, ce qui fait de la fourmi l’un des insectes les plus étudiés par les scientifiques pour son comportement collectif qui étonne encore.

Pourquoi élever des fourmis ?

fourmis

Si dans votre enfance, vous étiez impressionné par ces petites bêtes qui portent parfois plus de 1000 fois leur poids sur le dos, que les voir se déplacer avec assurance et empressement vers la maison mère était pour vous captivant, il y a de fortes chances pour que l’idée d’élever des fourmis dans votre propre fourmilière soit séduisante.

Dans la fourmilière, chaque fourmi à son rôle attitré. Il est donc assez facile de répondre aux besoins des fourmis, dès lors que l’on connaît leur fonctionnement. Au contraire, recueillir des fourmis au hasard sans les comprendre aboutira sans doute à un échec. Quand on souhaite élever des fourmis dans son appartement, sa maison ou encore en classe de maternelle, il y a des trucs à savoir et nous vous divulguons nos conseils.

C’est toujours une expérience intéressante. Les fourmis ont leur propre langage et en plus de partager la nourriture, elles partagent les informations par la stridulation, le fait de communiquer via des vibrations. Les voir à l’ouvrage, entretenir leur reine coûte que coûte, s’occuper des nymphes, évoluer, prendre des décisions, réagir au changement nous en apprend beaucoup sur le monde du vivant.



Comment faire une fourmilière ?

Des modèles de fourmilière artificielle, il y en a des tas et pour toutes les bourses. En animalerie, vous trouverez rarement des terrariums spécialisés dans l’élevage de fourmis, contrairement à d’autres animaux comme certains reptiles.

Les insectes y sont très peu représentés. Des boutiques comme Nature & Découvertes vendent des kits pour élever des fourmis, esthétiques et peu encombrants mais pas idéaux pour la survie d’une colonie sur le long terme. Vous pouvez vous en procurer dans une tranche de prix allant de 20 à 60 euros.

Sur internet, des boutiques en ligne proposent des modèles un peu plus lourds mais adaptés à une grande colonie de fourmis. Cela coûte en moyenne une centaine d’euros et peut même grimper au-delà de 300 .

Néanmoins, avec un peu d’huile de coude et du béton cellulaire, vous pourrez facilement reproduire ce type de fourmilières. Elles ont l’avantage d’être compactes et très pratiques, notamment si vous habitez en appartement.

Sachez toutefois que le choix de la fourmilière dépendra nécessairement de l’espèce de fourmis élevée. Notons aussi que la population de votre colonie peut croître de manière exponentielle en très peu de temps ! Il vaut mieux prévoir un peu plus d’espace que ce qu’on pense nécessaire.

Acheter une fourmilière déjà construite très pratique avec reine et fourmis incluses ici.

Construire une fourmilière en béton cellulaire

fourmilière

Attention, ce type de fourmilière ne convient pas aux fourmis foreuses qui vont utiliser leurs mandibules pour creuser le béton. Il sera alors préférable de se tourner vers une construction en plexiglas.

– Une plaque de béton cellulaire de 5-10 centimètres d’épaisseur.
– Un tournevis plat
– Une vitre en plexiglas
– Un bac d’eau qui servira de réservoir

Il s’agira de découper la plaque de béton puis de creuser des sillons, les futures galeries. La profondeur de celles-ci dépendra de la taille de vos fourmis.

Dessous, creusez profondément de manière à former des mèches destinées à tremper dans votre réservoir à eau. Si vous fondez votre propre colonie, il vous faudra un espace rectangulaire complètement plat que l’on nomme une aire de fourrage. C’est l’espace transitoire entre votre tube à essai et le nid.

Pour finir, il faut poser la plaque de plexiglas préalablement découpée par-dessus puis la fixer selon les mesures du bloc de béton.

Entretenir sa fourmilière

L’essentiel à la survie d’une fourmi est un taux d’humidité adapté et un apport en chaleur suffisant. Le réservoir répond à la première obligation. Pour la seconde, une simple lampe de bureau fera l’affaire.

Il s’agira de l’orienter sur la moitié de la fourmilière et l’éteindre quand le thermomètre plaqué sur la vitre dépassera la température maximale que vous aurez évalué.

Prenez garde à ne pas laisser brûler vos fourmis ! Certaines espèces survivent très bien à température ambiante, tandis que d’autres ont besoin d’évoluer dans un environnement avec une température comprise entre 20 et 23 degrés.

Acheter une colonie

La vente de fourmis passe plus facilement par le réseau internet.

Renseignez-vous sur les besoins de la colonie que vous convoitez et si vous êtes novice, choisissez une espèce résistante et prolifique. Elever une Lasius niger, Tetramorium caespitum ou une Messor barbarus est par exemple à la portée de tous.

Bien évidemment, on évite d’élever des fourmis de feu quand on débute !

Recueillir une reine fourmi dans la nature

reine fourmi

Si vous voulez commencer par le commencement, il vous faudra trouver une reine. L’essaimage (période de reproduction) des fourmis a lieu par tous les temps mais principalement en été.

Une fois fécondée, les futures reines arrachent leurs ailes. Les mâles, quant à eux, meurent rapidement après l’accouplement. Prenez donc garde de bien recueillir une reine fourmi qui n’a pas d’ailes.

La manière la plus évidente de reconnaître une future reine et de ne pas la confondre avec une ouvrière est se baser sur l’épaisseur de son thorax et son abdomen, ils sont beaucoup plus gros que sa petite tête qui est surmontée de trois ocelles sur le sommet. Enfin, les cicatrices sur les bords latéraux du thorax témoignent de la présence antérieure d’ailes.

Certaines espèces de fourmis sont protégées ou ne peuvent pas fonder de colonie toutes seules. Choisissez donc bien votre reine. Si vous n’êtes pas capable d’identifier l’espèce, renseignez-vous auprès d’experts. Poster une photo sur un forum spécialisé sur internet peut être concluant.

La première étape suivant l’identification de la fourmi sera de la placer dans un tube à essai. La fourmi ayant besoin d’un certain taux d’humidité, remplissez un quart de votre tube avec de l’eau.

Placez ensuite du coton de façon à ce qu’il s’étende sur le second quart (faites en sorte qu’il soit compact afin que la fourmi ne se noie pas).

Placez enfin votre future reine. Refermez avec un bout de coton bien moins compact pour que l’oxygène puisse passer. Pour les espèces les plus communes et faciles à élever, la nourriture n’est pas nécessaire. Si tout se passe bien, la reine pond et vous observerez les larves.

Lorsque vous voyez apparaître les antennes du premier individu de votre fourmilière, vous pourrez joindre votre tube à essai à une aire de fourragement (incluse dans votre fourmilière ou à défaut, une boîte transparente ouverte sur le dessus et badigeonnée d’un système anti-évasion dans ses hauteurs). Dans cet espace, les ouvrières et la reine auront accès à la nourriture.

Lorsque la population de votre colonie sera suffisamment nombreuse, vous pourrez leur faire rejoindre la fourmilière.

Il est fort probable qu’elles soient méfiantes ou que les éclaireuses ne trouvent pas leur compte en son sein. Dans ce cas, veillez à rendre le nid originel moins attractif (trop chaud, trop froid, pas assez humide, trop humide mais toujours sans excès) pour qu’elles déguerpissent d’elles-mêmes vers l’endroit voulu.

L’alimentation des fourmis

A l’état naturel, la fourmi se nourrit principalement d’insectes et de végétaux comme les graines. Encore une fois, tout dépend de l’espèce élevée.

Ce sont les protéines et les glucides que les fourmis recherchent. Il est donc possible de leur proposer des morceaux d’insectes, du miel bio, des graines diverses ou encore de l’eau sucrée.

Renouvelez fréquemment la nourriture pour qu’elle ne perde pas ses propriétés et n’ayez pas peur, vous ne rendrez jamais une fourmi obèse, elle gère parfaitement sa nutrition. Prenez toutefois garde aux liquides dans lesquelles la fourmi peut se noyer !

La trophallaxie des fourmis est un phénomène amusant à observer. Les ouvrières se nourrissent mutuellement.

Le comportement individuel et social des fourmis

Une reine fourmi a une espérance de vie variant d’une espèce à l’autre. La reine fourmi pharaon a une longévité de 6 mois, tandis que la Lasius niger peut vivre en moyenne 17 ans.

Ainsi, élever des fourmis pharaon peut s’avérer plus compliqué. En règle générale, les fourmis ouvrières vivent pour la reine et cette dernière vit pour sa cour.

Sinon, comment élever des fourmis sans reine ? Ce n’est pas impossible mais très éphémère. Si vous envisagiez de récupérer des fourmis sans leur reine, vous n’en tirerez rien.

Chez la plupart des espèces monogynes, si la reine meurt, les ouvrières mourront à leur tour. Parfois, la reine est mise à mort par les ouvrières elles-mêmes. C’est une forme de suicide collectif difficile à empêcher.

Elles survivront un temps tout de même. Vous pouvez éventuellement entreprendre une adoption avec une autre reine de la même espèce mais malheureusement, elle risque de subir le même traitement que sa prédécesseure.

Le problème est moins contraignant selon le type de fourmis. Les espèces polygynes acceptent mieux l’adoption car dans leur organisation sociale complexe, les reines s’enchaînent naturellement dans une sorte de roulement.

Vidéo

Voici l’excellent reportage de l’émission C’est Pas Sorcier sur les fourmis :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *